Un territoire fragile d’Eric Fottorino

territoire-fragileLes éditeurs le savent. Un titre qui parle ou qui est, au contraire, énigmatique, ça intrigue. Une couverture joliment illustrée, ça donne envie de tourner le bouquin en main et de lire la quatrième de couverture.  Et les yeux d’un lecteur posés sur la première phrase d’un texte, que ce soit à la FNAC ou à la librairie de quartier, ça veut presque dire « lecteur séduit ». Les brèches, les niches, Stock et Fottorino l’ont compris.

Un peu de sentiment, un brin  de descriptions au plus proche de la réalité et des personnages bien définis, on y est, on chope le chaland et on l’embarque dans Territoire fragile. Un très beau titre pour une belle jeune femme.

Un peu paumée la nana. Biologiste, Clara ne sait plus trop de quoi sa vie est faite. Elle, le froid de Bergen, ça la connait pas, mais alors pas du tout. Mais l’éloignement, l’identité presque nouvelle que lui confère la Norvège, ça lui dit mais alors là, plus que tout. Faut dire que sa vie n’a pas été facile facile depuis quelques années. Une mère marocaine  aigrie et mal-aimante, l’espoir d’un mariage qui la rend victime et battue, le passif est lourd et les souvenirs durs à gérer.

Alors quand un poste à l’Institut Océanographique de Bergen se propose à elle, elle n’hésite pas. Une nouvelle vie commence, là où les rencontres sont possibles et les méfiances plus aisées à faire tomber. Deux hommes, artiste et magicien du quotidien vont croiser son chemin. Des nœuds qui se font et se délient, des instants de grâce. Est-ce que cela peut suffire pour faire oublier la douleur et la défiance et rendre plus solide ce petit bout de femme ? Un très beau roman emprunt de poésie, de douceur et d’espoir fou. Eric Fottorino arrive avec brio à nous amener là où il veut sans que nous nous en rendions compte.

On se laisse porter par l’histoire de Clara, de son passé autant que de ce qu’elle tente de construire au jour le jour. Un très bon moment de littérature qui nous laisse pantois jusqu’à la fin et nous fait réfléchir aux souvenirs, au passé et soi-même tout simplement. A découvrir sans hésitation !

Territoire fragile, Eric Fottorino, Stock, 2000

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s