Ne t’en va pas de Paul Griffin

ne-t-en-va-pas-3351233-250-400Les voyages en train servent. Ils servent à passer d’excellents week-end, à se déplacer sans se prendre la tête et de surcroit, en ne pensant à rien. Ils servent aussi la littérature et les émotions. 4 heures devant vous à ne rien faire qu’à pouvoir ouvrir un livre et vous échapper ?

Profitez donc pour lire ce roman pour jeunes adultes. Attention, ne vous laissez pas rebuter par une couverture que j’ai trouvé très peu attirante et une quatrième de couverture sur fond rose qui ne présageait rien de très bon. On va au-delà du physique, c’est ce pas ce que on nous apprend depuis le plus jeune âge ? Si ! Alors, commencez à lire et vous ne serez pas déçu.

Mack et Céce sont deux adolescents un peu paumés. Pas gâtés les deux gamins. Une mère alcoolique mais pleine de bonne volonté d’un côté, un père ingrat et roublard de l’autre, pas facile de voir la vie avec beaucoup d’espoir. Pourtant, les amis sont là, l’avenir à portée de main, bref l’envie d’en être. Et quand la vie les fait se rencontrer, on adhère. On y croit plus encore qu’eux deux.

Timides puis très amoureux, enfin la roue tourne joliment. Et nous, on a le cœur qui bat aussi. La vie n’est pourtant pas un fleuve tranquille comme disait l’autre. Le passé vient compliquer la belle histoire mais à deux on est tout de suite un peu plus fort, non ? Oui, oui je vous entends d’ici, la marmotte, le chocolat… Quand l’existence fout à certains des buches de bois dans les roues, il est difficile de faire semblant de ne pas les voir…vous lisez, on en reparle après ?

Un livre coup de poing qui vous laisse sur le carreau, un peu K.O. Et ce n’est rien de le dire. Un texte qui se lit d’une traite, haletant, bien écrit, à la limite de la violence supportable. Une réflexion très pertinente sur le passé et la violence que chacun possède en lui et à nos façons de la gérer. Un véritable questionnement sur l’amour et l’acceptation de l’autre avec ses défauts et ses qualités.

Des personnages qui ne laissent pas indifférents. Des jeunes adultes qui tentent de se faire une vraie place au moment T et à un endroit qu’ils n’ont pas choisi, sans en attendre vraiment plus. Un bel hommage à la race canine et plus particulièrement aux pitbulls que vous verrez peut-être sous un autre jour. Encore une fois une description intelligente de l’enfermement, des prisons et de la solidarité…

Un roman à lire !

Ne t’en va pas, Paul Griffin, La martinière Jeunesse, 2013

Publicités

2 réflexions sur “Ne t’en va pas de Paul Griffin

  1. Je suis justement en train de le lire!! Un peu de mal à m’habituer à l’écriture au début mais maintenant ça va, et ton avis ne fait que m’encourager à continuer!

    1. Ah oui il faut que tu continues à le lire!! L’histoire est originale et très touchante! Et suscite des émotions fortes! 2 raisons de poursuivre! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s