Prodigieuses créatures de Tracy Chevalier

AVT_Tracy-Chevalier_21311810, sud-ouest de l’Angleterre, Lyme Regis. Une petite ville côtière où l’histoire a laissé ses traces et la science a semé au vent les prémisses du progrès. Deux femmes et une même passion. Et pourtant au début du 19ème siècle, la gente féminine, c’était plutôt « thé et petits gâteaux ». L’ambition aux hommes et les découvertes aux éminents scientifiques.

Mais Mary Anning, encore jeune fille et Elizabeth Philpot, deux fortes têtes férues de recherche de fossiles se retrouvent sur les mêmes plages. Les mêmes marteaux et pioches en main.

Un même intérêt, sortir de la roche des animaux fossilisés et inconnus. De l’ Ichthyosaur aux créatures « dinosauresques », les découvertes sont impressionnantes et fascinantes pour les deux jeunes femmes qui savent que leurs confrères masculins intéressés par la paléontologie lorgnent leurs allées et venues… D’abord pour vivre et gagner leur vie, les deux nénettes un peu naïves vont pourtant y découvrir des atouts improbables. Elizabeth connait déjà le monde du savoir et de la connaissance, presque rien ne lui est inconnu.

Quand la religion tient encore une place primordiale dans la société, l’enjeu n’est pas anodin. Découvrir oui, révéler les coulisses de la science est autrement différent. Il s’agit donc de faire sa place dans un univers masculin, aisé et absolument pas disposé à accepter la présence des deux jeunes femmes. Pourtant, il existe des moyens…

Un très bon roman-scientifique qui vous embarque dans des mondes bien distincts. De l’Angleterre à la paléontologie, de l’archéologie aux moeurs bien définies, on saute d’un univers à un autre en nous évadant complètement. Il fait bon de se sentir à l’aise dans la vie de deux jeunes filles qui suscitent l’intérêt.

Plus encore que de l’affection que l’on ressent pour les personnages, on apprend! On ne reste pas sans savoir ni sans en apprendre davantage sur ces passionnés scientifiques qui fascinent. Une vraie description de l’époque et des passages très documentés. Tracy Chevalier, qui s’était essayée à l’art (avec La jeune fille à la perle notamment) excelle également ici avec la mise en lumière d’événements scientifiques intéressants.

A lire!

Pour plus d’information, visitez le site du musée de Lyme Regis!

A ne pas louper, la critique du très bon libraire Gérard Collard si vous n’êtes pas encore convaincu! 🙂

Prodigieuses créatures, tracy Chevalier, Gallimard, 2011

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s