Terrifiant, Walking Dead, Tome 17, Robert Kirkman, Charlie Adlard

2013_05_01Rien ne vaut un bon film pour se sentir dans l’ambiance…, Moi, je n’imagine bien que grâce aux images qui bougent…, le premier qui me dit ça aujourd’hui et dans les jours à venir va être obligé de lire et relire (si je me sens d’humeur taquine) le 17ème tome de Walking Dead. Ça faisait longtemps Longtemps que je n’avais pas ouvert la suite. Et ça fait un petit moment que j’ai envie de connaitre la suite pourtant.

Walking Dead, vous connaissez peut-être ? Un beau jour, le monde tel que vous le connaissez a disparu, vos voisins sont devenus des zombies outrageusement dégueulasses qui, en prime veulent faire de vous leur diner. Vous devez fuir (à moins d’être complètement maso) mais vous ne savez pas trop vers où. Heureusement (ou pas), vous n’êtes pas seul à ne pas vous être (encore) changé en rôdeur. Ça y est, vous l’avez ?

Et puis, trop attendre, moi, ça me décroche des héros et de l’intrigue. Alors, bon, on y est, le dernier tome est entre mes mains. Un petit matin, pas trop de monde dans le RER, les paupières lourdes, mieux vaut se plonger dans de l’actif et du concret. J’ai pas été déçue. Du concret, j’en ai eu, j’ai même été resservie. C’est mes voisins de ReuR qui ont bien failli être servis à leur tour.

Aussi violent que pervers, ce tome sera peut-être pour moi le dernier que je lirai de la série (avec plus d’une centaine de titres à leur actif aux Etats-Unis,  les auteurs ne semblent pas vouloir arrêter leur sadisme pourtant). D’habitude, les scénarii de la série ne me soulèvent pas le cœur. Bon, oui, c’est dur, c’est presque trop mais on y arrive.

Mais ici, les pages sont à la limite de ce qui pourrait se faire de sain. Entrecoupées de scènes plus soft, les planches poussent les limites des personnages, de l’intrigue et par conséquent des lecteurs. Oui, l’intrigue est bien menée, on a envie de savoir, je suis allée à la fin toujours avec le même plaisir, hein. On profite du graphisme toujours bien soigné et bien foutu.

Mais pfiou, jusqu’où vont-ils aller ?

Terrifiant, Walking Dead, 17, Delcourt, 2012

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s