She dances on Jackson de Vanessa Winship à la Fondation Henri-Cartier Bresson

ARLMSC1879Imaginez. Imaginez une journée chaude et moite, Paris sous une nappe de touffeur insupportable. Imaginez maintenant un lieu en plein coeur de la capitale, à deux pas de Montparnasse.

Un petit coin de paradis climatisé. Une rencontre entre le chaud et le froid idéale pour découvrir une artiste-photographe qui prend au dépourvu vos yeux venus de loin. Un talent qui pourtant demande à être décrypter, ici, sous les photos qui s’étalent dans les deux principales pièces de la fondation, pas de légendes, rien, que votre interprétation personnelle pour mieux comprendre. Pas de lieux, pas de date, juste votre imagination. Déroutant au début, cette absence d’indications, d’éléments de prise de vue peut paraître provoquant. Pourquoi l’artiste n’a pas mis l’information. Puis de photo en photo, on peine à croire que c’est pour nous agacer.

On se fait notre propre idée et on comprend mieux la démarche de la photographe. Essentiellement en noir et blanc, le travail de Vanessa Winship transporte. Ici ou ailleurs, les paysages désolés, arides, pessimistes et sombres pourraient être ceux d’une banlieue quelconque d’une ville quelconque. Cependant, les portraits qui viennent s’interposer nous donnent des coordonnées géographiques claires et précises. Vanessa-Winship

Oui, parfois, on se demande mais les traits, les allures, les attitudes donnent à voir une Amérique populaire, loin des grandes mégalopoles connues et qui nous font rêver. Jeunes, hommes, adolescents, femmes, fiers ou amoureux, les visages défilent et nous embarquent dans une profondeur captivante.

“La photographie est une sorte d’illusion de la réalité, même si c’est peut-être la représentation la plus fidèle de la mémoire. Les mythes contribuent à leur donner une interprétation.” Ça , c’est elle qui le dit et ça résume bien son boulot…

L’art sous une forme illustrée qui dépeint avec précision une société laissée en marge mais pourtant bien présente, fière d’être là aussi. Des destins qu’on imagine plein d’un espoir sans faille, parce qu’il faut bien ça pour (sur)vivre sur un continent où la réussite se fait par vous-même. Une belle exposition qui fait réfléchir. Un moment encore hors du temps dans ce très beau bâtiment qui ne finit pas de me charmer. Un endroit incontournable pour découvrir les talents d’artistes contemporains. Ouvert cet été, n’hésitez pas un instant! (le plus, la clim!), L’exposition est finie mais vous aurez peut-être envie d’aller visite le site de VW.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s