Annabel de Kathleen Winter

photo_1247700_resizeIl y a dans des contrées lointaines des secrets qui restent bien gardés. Des familles dans lesquelles seuls un ou deux membres savent mais taisent le poids d’une vérité dont ils sont obligés de s’accommoder. Au Labrador comme ailleurs, la honte et l’humiliation guettent. Alors rien de plus naturel et de prudent que de ne rien dire quand le petit Wayne naît.

Ni fille, ni garçon, ce petit être a la particularité d’être les deux à la fois. Ici, pourtant à Croydon Harbour, impossible de garder cette spécificité, il faut choisir.

Treadway et Jacinta, deux parents aimants mais désemparés décident selon la science et leur intuition. Mais la vie a du mal à reprendre son cours avec naturel et aisance. De tout petit bébé à l’adulte qu’il deviendra, Wayne, ses proches et la société vont devoir apprendre à vivre avec ce trait très particulier qu’est l’hermaphrodisme.

Bon an, mal an, les joies, les peines et les quand dira-t-on se suivent mais ne se ressemblent pas, il faut faire front à chaque fois et se battre pour être soi malgré tout.

Annabel, Kathleen Winter

Un livre coup de coeur pour un sujet très particulier, assez peu traité en littérature. Un culot d’auteur de mettre en avant les a priori et les préjugés qui mettent, même les lecteurs, mal à l’aise. On est soi-même gêné à la lecture de ce très bon roman qui rétablit par sa beauté de style, une ligne directrice saine, petit fil rouge dans la réflexion. Plus encore que mettre à l’honneur des hommes et des femmes qui ne seront jamais l’un ou l’autre, Kathleen Winter arrive avec intelligence à mettre en exergue la bêtise humaine qui prédomine en société sans entrer dans une cruauté trop prenante.

Des personnages sculptés avec douceur, pertinence et grande imagination. En parvenant à la dixième page, vous aurez dans la peau tant les protagonistes de cette belle histoire que les décors magnifiques que l’auteure décrit avec une si grande hardiesse qu’on se croirait emporté au Canada.

Nature Writing, direz-vous ? Oui, on est en plein dedans! La différence est traitée avec force, pas seulement en surface mais plutôt de manière à vous toucher, vous provoquer et vous demander ce que vous, vous feriez devant une telle situation. Attention, ici, très peu de pathos, on est, au contraire, dans l’espoir, celui de l’humanité qui fait croire en la vie, celle de l’amitié et des relations filiales qui valorisent la solidarité à toute épreuve.

Ne manquez surtout pas ce très bon roman!

Annabel, Kathleen Winters, Christian Bourgois, 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s