Au lieu-dit Noir-Etang de Thomas H. Cook

Au lieu-dit Noir-'étangLes préjugés ont la dent dure. Que ce soit en France, aux Etats-Unis ou ailleurs, en 1926 ou aujourd’hui.

A Chatham, Nouvelle-Angleterre, Melle Channing, professeur d’arts plastiques va faire les frais d’une intolérance latente, d’une crainte de l’étranger et de la pression de tout un village. Au début du siècle, il ne fait pas bon vivre seule et indépendante. Alors quand la jeune femme arrive dans le petit village et se met à occuper une maison abandonnée depuis des années, tout le monde ne voit pas ça d’un bon oeil.

Advienne que pourra, la femme rêveuse mais affirmée ne veut rien entendre. Elle ménera sa vie et fera ses cours au lycée sans écouter les autres.

Malgré tout, les liens se tissent. Mystérieuse oui mais pas inintéressante la jeune femme aux cheveux noirs et au teint de poupée de porcelaine! Henry, jeune garçon qui raconte cette histoire, ne pourrait dire le contraire. C’est avec une certaine fascination que la femme est entrée dans sa vie. Et c’est avec un ton de conteur qu’il narre les relations qu’entretiennent Melle Channing et M. Reed, professeur de littérature et homme marié.

Les ragots vont bon train. Les qu’en dira-ton et les fausses informations colportées à qui mieux mieux jusqu’au drame. Mais lequel ? C’est en cela que réside tout l’intérêt ou presque de ce roman policier.

Dès le début, vous saurez. Vous saurez qui a tué (?), blessé (?), bafoué (?) mais sans savoir vraiment ce qui s’est passé. Rapidement, vous apprendrez que la fin et le dénouement ne seront pas révélés avant les dernières pages. Seuls les coupables seront présentés, décrits et largement mis en scène. Une structure très originale qui donne forcément envie d’aller plus loin et de savoir. Mystérieuse, l’écriture effraye.

Elle prend aux tripes pour vous faire haleter et être impatient. Attention, ici, que du suspens, pas de grandes théories sociologiques ou historiques, on n’est dans la réalité Terrienne d’un petit village. Les moeurs et les habitudes y sont pourtant décrites avec détail et force.

C’est tour à tour avec plaisir ou dégout qu’on imagine les hommes et les femmes qui se cachent derrière les portraits que fait Thomas H. Cook. Auteur au talent de conteur, il nous embarque dans un univers propre à ses habitudes. Beaucoup de réalisme, un décor planté dès le début dans lequel il est aisé de s’identifier, des personnages précis. Un très chouette thriller qui remplit ses missions!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s