Momo, petit prince des bleuets de Yaël Hassan

momo petit prince des bleuetsLe 21 septembre, c’est la journée mondiale de la maladie d’Alzheimer. Non pas que ce soit très gai, je vous l’accorde. Pourtant, la littérature, comme bien des fois (devrais-je dire comme toujours) sait montrer les choses difficiles de la vie sous un angle plus positif. Ici, Yaël Assan a tiré en plein dans le mille. Un coup de maître pour raconter aux enfants la difficulté de vieillir, de devenir plus faible et de perdre la mémoire. Alors, on vous embarque ?

Momo, petit bonhomme qui n’a pas tous les jours la vie facile va faire une rencontre. LA rencontre. Alors qu’un été sans vraie surprise se profile à la Cité des Bleuets, Monsieur Edouard va faire son apparition. Vieil homme assis sur un banc, c’est pourtant pas le genre de personnes que Momo a l’habitude de croiser en bas des tours. Ici, c’est plutôt tour de mobylette et pétérades en tous genres.

Et puis, cette année, l’été est tout particulier, le papa de Momo a une grosse maladie. Autant dire que la vie n’est pas rose tous les jours à la maison.

Quand cet homme un peu perdu va se pencher sur l’épaule de Momo et des livres qu’il rapporte de la bibliothèque pour se distraire, l’aventure va commencer… De 7 à 77 ans comme on dit, les rêves sont parfois les mêmes. Et l’espoir n’a pas d’âge….

Pourtant, quand Monsieur Edouard va montrer des signes de défiaillance, Momo est tout chose. C’est quoi exactement son problème ?

Un très court roman suivi d’un  second, Momo des coquelicots, que vous voudrez lire en fermant ce premier tome. Deux très bons livres jeunesse (à partir de 9 ans) qui traite d’un sujet peu facile à appréhender même en tant qu’adulte et qui peut destabiliser bien des enfants. Une jolie réflexion sur le temps qui passe et l’âge qui, parfois a très peu d’importance quand les affinités sont belles et bien présentes et  quand l’intérêt est partagé. Une désacralisation de cette maladie qui peut-être un miroir effrayant pour nous, humains.

Un style facile mais pourtant jamais de raccourcis, on entre dans un univers travaillé où les personnages sont attachants. L’intrigue est prenante et le réel mis à l’honneur. Une vraie belle réussite!

A lire même en étant adultes!

Momo, petit prince des bleuets et Momo des coquelicots, Yaël Hassan, Syros Jeunesse, 1998 et 2000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s