Vagabondages par Sergio Larrain, Fondation Henri Cartier-Bresson

sergio-larrainLe coup de coeur d’une amie signifie souvent une belle rencontre. Moi, Sergio Larrain, je ne connaissais pas du tout.

Aurélie R., elle, a beaucoup aimé et a eu l’occasion de mieux connaître l’artiste. Alors quand elle en parle, forcément ça donne envie. Les vacances ne signifient pas, de leur côté, que déménagement.

Quand l’occasion s’est présentée de s’échapper une après-midi, je n’ai pas hésité à aller me promener du côté du 14ème arrondissement et ce en bonne compagnie. Si vous n’avez pas encore mis les pieds dans cet ancien atelier d’artiste au coeur de Montparnasse, il vous faudra consacrer un dimanche ou un mercredi soir (gratuit pour tous!) pour y aller.

En plus d’être un havre de paix et une jolie parenthèse au sein de la capitale, cet endroit propose presque toujours de très belles expositions. Là encore, on entre dans un univers singulier qui nous fait nous évader loin de Paris et hors des sentiers battus. Ce chilien né en 1931 a traversé le siècle en travaillant pour Magnum mais pas que. Proche de Cartier-Bresson et de Pablo Neruda, il entreprendra des projets photographiques plus personnels et liés au sensible.

Des égarements dans les rues de différentes villes du Chili ou dans des campagnes plus retirées de ce pays où les visages se suivent mais ne se ressemblent pas. Des hommes et des femmes qui vous toucheront surement lorsque vous vous y attarderez, des enfants et des vieillards qui font passer le message de l’humanité, ici ou ailleurs, au Chili, sur un bateau, frottée au voyage ou à l’ordinaire. Sergiolarrain

Des photos qui étonnent lorsqu’elles sont aussi prises à Londres ou à Paris. Des lieux qui vous diront peut-être quelque chose mais qui seront forcément différentes de votre souvenir. Un artiste qui sait jouer avec les ombres et les lignes ainsi que les courbes. De la parfaite symétrie au désordre qui sert au contenu, on est parfois malmenés mais toujours ravis. Une mise en scène de l’exposition qui vaut d’être soulignée. Un très beau travail de l’équipe artistique.

Jusqu’au 22 décembre, ça vous laisse du temps pour découvrir un photographe talentueux.

N’hésitez pas à lire l’avis du Carnet aux petites choses, très bel article qui sublime l’artiste!

Par ici, le site des rencontres photographiques à Arles.

Et par là, le site de la fondation Cartier-Bresson.

Publicités

2 réflexions sur “Vagabondages par Sergio Larrain, Fondation Henri Cartier-Bresson

  1. Une magnifique expo en effet, un artiste qui m’a émue. Ses images reflètent une sensibilité fine, et son attachement à l’Amérique du Sud. Et ce magnifique pays qu’est le Chili.

    Bonne journée !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s