Mauvais genre de Chloé Cruchaudet

Mauvais genreEncore un dont on parle beaucoup et qui est TRES tentant! L’histoire est originale, les dessins semblent chiadés, le format parfait pour passer un bon moment de lecture BD.
Facile de se faire avoir.
Et vous n’aurez pas perdu de temps en lisant ce roman graphique qui ne finira pas de vous étonner. 
Comme dans certains romans, la surprise est au rendez-vous même dans les planches des auteurs ou illustrateurs en devenir.
Ici, Chloé Cruchaudet ne fait pas ses premières armes mais s’affirme.
De l’histoire bien traitée et des détails qui sentent la documentation et la recherche.
Ça, c’est bon signe. Dès lors que vous ouvrirez ce livre, vous n’aurez surement pas envie de le refermer. 
Louise et Paul se rencontrent à la veille de la première guerre mondiale. Un couple somme toute banal qui tombe amoureux et se marie rapidement.
Quand la guerre éclate, Paul est envoyé au front. Rapidement, il va découvrir l’horreur de la guerre et la tentation de déserter devient de plus en plus forte. Comment rester caché en restant vivant même après la fin de la guerre ? Paul va monter un astucieux stratagème qui le conduira à prendre l’apparence d’une femme pendant dix ans.
De jours en jours, le « jeu » utile et pratique va devenir un réel travestissement vital….
Jusqu’où peut aller un homme qui change de genre ?

mauvais_genrepageinterieure

Une BD hors-norme qui plonge dans une ambiance d’arrière-front de guerre très particulière. Celle de l’effort en seconde ligne, des femmes qui travaillent, d’un quotidien caché et des mœurs décalées qui font tâche dans un décor politique qui ne dit pas véritablement son nom.  
Une BD au graphisme splendide et aux questionnements intelligents et pertinents. Bien au delà de la réflexion sur le genre et plus encore pendant la guerre- qu’est ce qui fait de nous homme ou femme, un détail, un habit, une attitude- c’est une véritable réflexion sur la place de chacun dans la société.
Le couple y est aussi décrit sans fausseté et hypocrisie à l’aide de détails fins, presque subliminaux. Chloé Cruchaudet aime le détail qui fait la différence. Une couleur, une pointe de lumière dans une planche obscure, une nuance qui se répète…
Un beau défi pour l’époque dans laquelle est traitée la BD.
Cette histoire, inspirée de faits réels, vaut vraiment, vraiment le détour et les prix qu’elle a eu sont très largement mérités.

Mauvais genre, Chloé Cruchaudet, Delcourt, 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s