Dernier désir d’Olivier Bordaçarre

dernier désirMina et Jonathan vivent retirés du monde moderne.
Pas de téléphone portable, pas d’ordinateur dernier cri, une vie simple en somme depuis qu’ils ont quitté Paris et son stress quotidien. Un couple ordinaire. Un boulot au musée du coin pour Mina, des menus travaux d’apiculture et de bricolo pour Jonathan.

Quand Vladimir, leur nouvel et unique voisin, fait immersion dans leur vie, c’est avec curiosité qu’ils l’accueillent. Un peu de nouveauté et de changement dans leurs vies, ça leur dit bien. Et puis, entre voisins, on peut bien s’aider un peu. De jours en jours, la relation se dessine. Vladimir, venu de nulle part sait se montrer charmant et convivial.
Le couple et leur garçon d’une dizaine d’années y voient gentillesse et simplicité. Pourtant, la situation va peu à peu changer et devenir de plus en plus trouble…
Du mimétisme qui en devient suspect au petit quelque chose de fascinant et effrayant à la fois, Jonathan sent que tout n’est pas normal… Jusqu’au jour où plus personne ne pourra faire marche arrière…
Un thriller psychologique qui joue avec nos nerfs et qui est si bien ficelé que l’on lit d’une traite sans vraiment pouvoir s’arrêter. Certaines scènes sont  à couper le souffle, gênantes et provocantes qui sont un tour de force autant dans la forme que dans le fond.
Pourtant, vous, amateurs de roman noir où les personnages sont bien dessinés, violents et suspects à souhait (sans jamais le montrer vraiment) ou adepte de films à suspens, vous ne serez pas déçus.
On se souvient d’Harry, un ami qui vous veut du bien,  film sorti il y a quelques années et qui jouait avec les mêmes ressorts de la peur et de la manipulation. On imagine la fin sans trop de souci en trouvant l’intrigue facile et on réfléchit pendant et après la lecture de ce roman à propos de la perversion, de l’influence et de la lucidité.
Et puis, on se fait berner jusqu’au bout. Le dénouement n’est pas celui auquel vous aurez pensé!
On en sort avec l’envie de lire les autres livres d’Olivier Bordaçarre sans attendre.

Dernier désir, Olivier Bordaçarre, Fayard, 2013

Publicités

Une réflexion sur “Dernier désir d’Olivier Bordaçarre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s