Voir du pays de Delphine Coulin

Voir du pays, de Delphine CoulinAurore et Marine sont deux amies. Des amies de toujours.
Celles qui se retrouvaient en bas de chez elles pour faire les 400 coups et partager le suc de l’adolescence pareil à aucun autre nectar.
La vie les a faites différentes pourtant. Forte ou plus fragile, elles on confronté les aléas qui leur ont permis pourtant d’aller au-delà de la dureté d’un quotidien pénible ou de projets avortés.
Quand il s’agit de voir un peu plus loin que leur vie Bretonne, l’armée semble être un bon moyen d’échapper à une vie qu’elles ne veulent pas. Tests, questions personnelles, après quelques cases cochées avec brio, elles s’envolent pour l’Afghanistan. Un pays dont elle ont entendu parler à la télé, dans les mots de journaliste peu scrupuleux et loin de la réalité. Quelques mois d’enfer plus tard, elles doivent revenir.
Affronter le retour à la réalité. Cette réalité qui ne sera jamais comme avant. Abîmée, heurtée, bouleversée, elles passent quelques jours à Chypre où il est de coutume de faire transiter les soldats de retour du front pour leur réadaptation en Europe. Un sas de calme avant la France. Un hôtel quatre étoiles pour faire croire que la vie peut être reprise.
Mais pourtant, il est rare quand tout se passe dans la plénitude. Les deux femmes vont se heurter à plus fort qu’elles. Une carapace parfois ne suffit pas…
Un roman qui vous envoûte dès les premières pages et qui vous étonne. Rare sont ces endroits où on transite de façon aussi radicale et l’auteure arrive avec brio à décrire l’ambiance qui y règne et l’antagonisme des personnes qui y cohabitent.
Un style qui vous chope une réalité à bras le corps et ne vous lâche que très rarement.
Une belle performance qui nous fait connaître un envers du décor très mal connu. Cependant, j’ai été déroutée par certains passages qui s’ajoutent à la violence des faits initiaux. En effet, ce qui arrivera aux jeunes femmes pendant cette très courte période ne me semblait pas indispensable pour comprendre les enjeux d’un retour de guerre mal préparé. Seuls les impacts et les conséquences « d’aller faire la guerre » auraient, pour moi lectrice curieuse mais novice de ces faits, suffit.
Et vous qu’en avez-vous pensé ?

Delphine Coulin a co-réalisé 17 filles, un film très remarqué, chroniqué sur le blog.

Voir du pays, Delphine, Coulin, Grasset, 2013

 

2 réflexions sur “Voir du pays de Delphine Coulin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s