Longitude de Dava Sobel

davaLe temps passe mais les époques changent assez peu et les comportements ne se modifient guère. Quand le pouvoir est au bout du chemin, alors souvent l’évincement de ses semblables est courant. John Harrison en a fait les frais.

Génial horloger,
il mit au point le premier chronomètre de marine qui a permis une précision plus fine pour l’établissement de la longitude.
Une invention scientifique qui répondait à un concours ouvert à tous les scientifiques intéressés par le sujet et contre une somme d’argent conséquente pour l’époque. Mais la reconnaissance même faussée peut-être plus forte que l’humilité et la solidarité scientifique et John Harrison a vu ses recherches bafouées, volées et très peu reconnues en tant que telles.
Un court essai sous forme de petit roman d’aventures qui se lit avec facilité et curiosité. Passées les premières pages, le texte est plus simple à comprendre et on entre aisément dans les descriptions scientifiques que l’on aurait cru inaccessibles mais qui se révèlent en réalité enrichissantes et instructives.
L’auteure a réussi à nous faire ressentir avec brio l’ambiance et l’émulation du 18ème siècle, époque des grandes explorations et de la concurrence à peine dissimulée.
Grâce au côté conté de ce court texte, les émotions parviennent jusqu’à nous et la joie et la tristesse ne nous laissent pas indifférents.
Une belle histoire à découvrir !

Longitude, l’histoire vraie du génie solitaire qui résolut le plus grand problème scientifique de son temps de Dava Sobel, Seuil, 1998

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s