Time to my special guest…Pourquoi j’aime les « films de filles » par Nico G.

collage
Et oui, pour ce premier article sur le blog de la miss, ce sera une confession.
J’avoue tout !!!
J’adore les films dits « de filles ». Je ne sais pas trop pourquoi. Bien évidemment les comédies romantiques, surtout si elles sont anglaises, c’est ma came. Mais pas seulement, les mélos c’est pas dégueu non plus, enfin certains. J’ai mes limites.
D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours préféré trainer avec des filles. Je me suis toujours senti mieux en leur compagnie.
Bon, faut pas exagérer, jusqu’à la fin du collège je ne parlais pas trop au sexe opposé, cette terra incognita fascinante (sous peine de devenir rouge pivoine). Ça c’est arrangé ensuite, rassurez-vous ! J’ai toujours adoré leurs conversations, souvent drôles et crues, parfois graves, d’autres fois futiles (J’adore parler chiffon avec les filles, enfin surtout les écouter parler chiffon. Quel monde fascinant les gars !!! C’est prodigieux).
À coté, les conversations de mecs me semblaient binaires, toujours sur le ton de la moquerie. Attention, je n’ai pas dit que les filles ne se moquaient jamais. Ouuhhh là non, au contraire !!! Et parfois ça peut même devenir sanglant. Bon, j’arrête avec la minute Confession intimes.
Mais revenons au Cinéma. Alors parlons tout d’abord d’un de mes films préférés : Quatre mariages et un enterrement. Ultra culte, l’archétype de la comédie romantique à l’anglaise. Londres et ses alentours, ces mariages chicos de la bonne société, cet humour « so british » qui fait mouche à chaque réplique sans pourtant se départir de mélancolie et de gravité. Bon, faut pas négliger la présence de la solaire Andie MacDowell, ça aide aussi. J’aimais  me projeter en ce maladroit et tellement attendrissant Hugh Grant, drôle et cultivé et tellement classe sans faire aucun effort. C’est fait pour rêver le ciné, entre autre, non ?

Quatre mariages

Dans le même esprit, Coup de foudre à Notting Hill est vraiment bien. Même humour, même glamour, la gravité n’étant jamais bien loin.
Dans une autre veine mais pas si éloigné que ça, les films d’époque. Surtout ceux adaptés de livres de Jane Austen ou d’Elizabeth Gaskell. La série BBC Orgueil et préjugés est un modèle du genre, comédie de mœurs plus que comédie romantique, l’humour et la romance sont là. Mais sous les conventions et les convenances, la critique sociale de cette époque se fait virulente. On pourrait rapprocher de ce genre l’excellentissime série Downton Abbey.
Pour terminer avec la comédie romantique passons de l’autre coté de l’Atlantique avec deux films qui trônent au panthéon de mes best movies ever.
Annie Hall de Woody Allen et Quand Harry rencontre Sally de Rob Reiner. Deux films mètre-étalon de la comédie romantique à l’américaine (new-yorkaise surtout) quoi que le film d’Allen ne soit pas vraiment romantique.

Quand Harry rencontre Sally

Mais comment ne pas tomber amoureux de Diane Keaton jouant Annie Hall ? Bon, c’est facile, me direz-vous d’être magnifiée par la caméra de son amoureux de réalisateur. Quoiqu’ils n’étaient peut-être déjà plus ensemble… À vérifier.
Encore une fois, l’humour est bien là. Les relations homme-femme sont finement observées, plutôt intellectualisées mais quelle magnifique portrait de femme, à la fois forte et fragile, drôle, touchante et absolument pas sûre d’elle. Pas possible d’être tout ça à la fois. Bien sûr que si c’est une femme. Comme le dit si bien la blogueuse Anne-Solange de Cachemire & soie : « une fille c’est pas compliqué, c’est subtil ».
Allen, en plus de filmer amoureusement Diane Keaton, en fait de même pour sa ville, New York. Le tout accompagné de musique jazz. Du grand art. On parle de Paris comme de la ville la plus romantique du monde, parfois je me demande… Manhattan, Central Park quand même !!!
Pareil pour Harry et Sally. Même cadre et même style de musique, des vieux standards du jazz que le film, sorti en 1989 a remis à la mode. Moins intellectuel mais tellement bien vu sur les relations homme-femme et sur ce que pensent les hommes des relations de couple.
Les filles, vous vous demandez ce qui passe par la tête des hommes, regardez ce film !
Ce film est devenu l’archétype de la comédie romantique américaine. Sa narration sur plusieurs années, ces héros qui se détestent à leur première rencontre, puis qui se détestent encore à la suivante, puis qui deviennent amis et qui finissent dans les bras l’un de l’autre.
Ça vous rappelle rien ? Oui ça ressemble beaucoup à du Jane Austen mais surtout cette construction est devenue la forme classique de toutes romances hollywoodiennes qui se respectent.
Pour finir ce trop long article (Merci aux « survivors » arrivés jusqu’ici.), je voulais parler d’un de mes mélos préférés : Sur la route de Madison. Ahhhhh ! Du grand Clint Eastwood, au sommet. L’humour a disparu.

coup-de-foudre-a-notting-hill-1999-11-g

Mais qu’est-ce que c’est beau et bon de souffrir comme ça. Rien de plus touchant qu’une relation impossible. Les paysages et les fameux ponts du comté de Madison (auxquels le titre original fait directement référence : The bridges of Madison County), la sensualité qui se dégage de ce couple Eastwood/Meryl Streep tout en retenue et pudeur mais pourtant prêt à s’embraser au moindre effleurement, la musique triste et belle (Encore une fois du jazz. Oui je sais je suis monomaniaque, mais j’adore ça.), moi ça fait fondre mon petit cœur que voulez-vous.
Et puis qui n’a jamais vu Meryl Streep épousseter un tapis sous le porche de sa maison n’a jamais connu la Sensualité.
Et puis cette scène où Meryl Streep enfile ces ballerines juste avant de guider Eastwood vers les fameux ponts. Waouhhhh… Bref je m’égare.
Il faut conclure. Jamais larmoyant, tout en retenue, pas de grands effets ou de mise en scène tape-à-l’œil, sont les ingrédients pour faire un grand mélo à mon avis.
Rassurez-vous, j’adore aussi les bons gros films d’action-bien-viril-avec-des-explosions-et-tout-et-tout.
Bon, ceux avec des grosses bagnoles tunées qui roulent très vites, je passe mon tour (Merci, pas pour moi/Mais tu peux bien les offrir à une autre…) : faut pas déconner non plus. En fait, tout simplement, ces « films de filles » me plaisent car ce sont de magnifiques films (Des chefs-d’œuvre, oserai-je dire… Oui je le dis)  qui nous touchent, qui parlent de nous, un peu, et des autres aussi, de la vie et des relations entre les êtres.
Des trucs importants quoi ! Les choses de la vie pour reprendre le titre d’un autre magnifique film de Claude Sautet.

N’hésitez pas à aller visiter le blog de Monsieur Nico G., une pépite!

Une réflexion sur “Time to my special guest…Pourquoi j’aime les « films de filles » par Nico G.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s