Terra Australis de Laurent-Frédéric Bollée et Philippe Nicloux

TERRA AUSTRALIS[BD].indd.pdf
Cette bande-dessinée est intrigante.
Une terre esquissée sur la couverture qui nous rappelle très sensiblement l’Australie, une épaisseur de ouf-malade et un poids qui dissuade n’importe quel voyageur en RER même le plus téméraire (j’en suis!).
Et pourtant, on chope ce bouquin avec délectation.
D’abord curiosité, ok, mais ensuite avec délectation sans hésiter. Il faut entrer dans l’histoire, tourner les pages et se défaire de ce poids qui te sabote le poignet.
Retour dans le passé. Au 18ème siècle plus précisément quand des bateaux sont mis à l’eau et en leur sein, pas loin de 1500 hommes et femmes. Tous des anglais condamnés pour petits larcins, minables recels ou tout simplement parce qu’ils sont pauvres. Direction ?  La terra incognita plus connue sous le nom de l’Australie aujourd’hui.
Terra Australis planches
24 000 kilomètres, des heures de voyage, des naissances, des âmes qui s’éteignent et enfin l’arrivée. Une terre aride en seule pâture pour ces hommes et ces femmes, des autochtones qui se méfient et ont bien raison et la nature et la culture qui s’affrontent.
Jusqu’à ce que l’homme assoifé de pouvoir et de territoire prenne ses droits…
Un très bel ouvrage qui mérite réellement qu’on se penche sur l’Histoire de l’Australie et le rôle des Anglais dans cette page historique folle et fascinante.
On y apprend  énormément de choses en s’arrêtant sur quelques faits marquants qui nous font prendre conscience d’un contexte très particulier. 
Le graphisme est fort de réalisme et retranscrit bien le fossé entre riches et pauvres, entre peu instruits et éduqués et entre sale et pauvre. On imagine l’ambiance, l’odeur, la peur de l’inconnu et de l’autre.
C’est long, c’est dense mais allez jusqu’au bout de cette lecture que vous ne regretterez surement pas.
Bravo aux auteurs et illustrateurs pour ce travail minutieux et rigoureux.

Terra Australis Graphisme

Et si vous voulez en savoir plus et être bluffé, poursuivez avec Ce qu’il advint au sauvage blanc de François Garde, tout aussi bluffant. Le hasard fait bien les choses, mes deux lectures se sont croisées et ont fait de ma semaine, un moment… historique.

Terra Australis, Laurent-Frédéric Bollée, Philippe Nicloux, Glénat, 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s