Max de Sarah Cohen-Scali

Max Sarah Cohen-Scali
Il y a des livres qui époustouflent. Des livres qui vous donnent envie de continuer sans jamais vous arrêter ou bien des livres qui vous donnent envie de tourner les pages si doucement que leur lecture ne finira jamais.

Max est tout ça en même temps.
Un énorme coup de poing en pleine gueule et un coup de cœur en même temps.
On me l’avait dit « ce bouquin, tu verras, c’est violent, pas évident… » alors quand enfin je me suis lancée, j’ai repensé aux méfiants, à ceux qui m’avaient prévenus. Ils avaient raison.
Ce livre, c’est un véritable texte empli de violence, de perversité et de courage. Sarah Cohen-Scali revient sur un sujet très délicat de l’histoire mondiale, polonaise et allemande et met en lumière le Lebensborn, un programme pensé par Himmler en 1935. Il s’agissait de promouvoir les naissances en faveur de la race Aryenne.
Pour ce faire, il existait deux moyens.
Le premier permettait aux femmes qui avaient toutes les caractéristiques- les yeux bleus, les cheveux blonds, le teint clair- de faire un enfant avec des soldats SS. Le second consistait à arracher de leurs familles, des enfants ayant ces mêmes caractéristiques. En Pologne principalement.
Ce livre raconte grâce à la voix de Max, premier bébé créé dans le cadre du programme Lebensborn, les rouages d’un tel système, la préméditation, les calculs humains et matériels pour mettre en oeuvre cette absurdité, cette horreur.
De l’utérus de sa mère qu’il va très rapidement apprendre à renier pour voir en le Fürher son père et en l’Allemagne sa patrie, à la rencontre avec Lucas, un polonais victime de ce système, Sarah Cohen-Scali décrit avec finesse et dureté, brutalité même, cette période de l’histoire qui fait froid dans le dos. Un tour de force incroyable qui mérite d’être lu et remarqué.
C’est avec curiosité puis stupeur que j’ai appris que cela avait existé. Ce n’est qu’en 1985 qu’on a pu mettre des faits sur une réalité souvent fantasmée et c’est avec Kinderzimmer de Valentine Goby en toile de fond que j’ai fini ce livre. Encore un livre qui pose une belle et brutale réflexion sur la place des enfants en camps de concentration et en pleine guerre.
Au-delà d’être un livre sur le fascisme et le fanatisme, c’est aussi un livre sur l’amitié, l’amour et l’espoir.
L’auteure a permis aux lecteurs des bulles d’air pour respirer de tant à autres, en apportant une lueur au bout du chemin.
Edité par une maison d’édition jeunesse dans une collection pour les adolescents, il m’a paru fou d’avoir osé.
A chaque page tournée, le doute, l’effroi et le choc m’ont fait me demander s’il n’aurait pas été plus pertinent de l’éditer pour les adultes. Une chose est sure, c’est qu’il est nécessaire de le proposer à un public averti.
Ce roman est un véritable coup de coeur, un texte qui remue mais qui mérite une lecture attentive à partir de 15 ans.

Pour en savoir plus, voyez ce documentaire.

Max, Sarah Cohen-Scali, Gallimard, Scripto, 2012

2 réflexions sur “Max de Sarah Cohen-Scali

  1. C’est vrai un texte choc qu’on n’oublie pas…Sarah Cohen Scali dit s’être inspiré pour la description de Berlin en 45 du témoignage anonyme « Une femme à Berlin » : je l’avais lu dans la foulée et je te le conseille car c’est un super complément historique à Max! Il existe aussi un documentaire sur les enfants du Lebensborn qui témoignent des dizaines d’années après la guerre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s