Intérieur nuit de Marisha Pessl

Intérieur nuit-Pessl
Attention, cet article risque de sentir  transpirer l’agacement, je préfère vous prévenir !
Non pas que ce livre m’a déplu. Au contraire. C’est un gros coup de cœur.
Lu dans le cadre du prix Libraires en Seine, je me suis ré-ga-lée. Oui, oui, le mot n’est pas trop fort. Dense pourtant, ce livre me faisait peur. J’avais lu le premier roman de Marisha Pessl à sa sortie.
En 2007, j’avais 9 ans de moins qu’aujourd’hui,  j’étais naïve et peu mature pour me lancer dans un bouquin aussi dense et… je n’avais pas aimé.
Alors quand Thomas, mon gentil libraire a parlé de ce deuxième livre comme de son premier hochet- avec tendresse et émoi- je n’ai pu que lui faire confiance. Un beau bébé de 700 pages. Arf.
Qu’à ne cela ne tienne ! Entrer dans l’intrigue et juger, c’était donc parti pour moi.
Alors pourquoi de l’agacement ?
Surement parce qu’en lisant ce texte, vous vous direz que vous auriez aimé- VOUS, oui VOUS- écrire ce livre.
Le style y est bon du début à la fin. Les tournures de phrases aussi pertinentes que ce que vous pourriez imaginer dans votre petite ciboulot mais que vous auriez bien du mal à retranscrire sur papier.
Les émotions y sont décrites avec sobriété, décadence ou pudeur, les lieux y sont décrits comme si, là, à l’instant T, vous étiez vous aussi, dans la supérette où se rend l’héroïne ou dans le couloir de cet hôtel qui donne la chair de poule. 
Oui, oui, le pitch, le veux-tu ? Le voilà.
Ahley Cordova est la fille d’un réalisateur de films d’horreur que l’on n’a pas vu en interview depuis des décennies. Quand la jeune fille disparaît et est retrouvée morte dans un entrepôt de Chinatown en plein New York, le mystère est à son comble.
Que faisait-elle à cet endroit ?
Pourquoi est-elle morte dans d’aussi étranges circonstances ?
Scott McGrath, journaliste presque fini, va enquêter. Animé par une drôle de curiosité, il va embarquer dans ses recherches deux jeunes un peu paumés qui vont fouiller dans les moindres détails pour comprendre et trouver la vérité. Les personnages sont bien travaillés, on les imagine, on les prendrait même pour potes, dis donc !
Un livre hybride entre thriller et documentaire qui inclut des fragments de mails, des photos, des captures d’écran Internet: c’est bluffant !
Un peu déstabilisant au début mais vraiment ébouriffant. On entre dans les premières pages avec une certaine crainte. Peur de perdre beaucoup de temps dans ce pavé, peur d’être perdu dans cette multitudes de détails mais il n’en est rien ! On s’amuse, on a peur, on s’instruit, c’est jubilatoire.
Très gros coup de cœur jusqu’à la der des pages.
Pourquoi encore de l’agacement alors ?
Tu l’as vu toi, la photo de l’auteure qui a écrit ce très bon livre ?
Une bombe. Un canon. Joli teint, cheveux naturels mais nickels, sourire à tomber.
Genre « j’ai-écrit-un-livre-super-bon-mais-je-reste-une-fille-normale »Bref, tout pour énerver.
On peut être talentueux et agréable à regarder ? … Chienne de vie !

Intérieur nuit, Marisha Pessl, Gallimard, Du monde entier, 2015.

 

 

4 réflexions sur “Intérieur nuit de Marisha Pessl

  1. Eh ben ça donne envie de le lire. Prochain livre dans ma liste beaucoup trop longue ! En plus, l’auteur n’est vraiment pas désagréable à regarder effectivement. Tout comme l’auteure de cet article. 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s