La peau froide d’Albert Sanchez Pinol

peaufroideIl existe des livres que vous n’auriez jamais ouvert. Avouez ! La couverture, l’histoire, la quatrième, le genre, rien ne prédispose certains livres à tomber dans vos mains et à passer sous vos yeux.
Heureusement, les conseils éclairés existent aussi et vous permettent de ne pas passer à côté de bouquins qui valent réellement le coup d’être lus.
Merci donc à Guillaume B. qui est un fervent défenseur de la littérature de science-fiction et fantastique et qui m’a poussée à lire ce texte. Court, heureusement, (le dernier que j’ai tenté de lire sur ses conseils faisait plus de 450 pages et m’a laissée vaincue), j’espérais donc aller jusqu’au bout de celui-ci, voire apprécier.
C’est un texte un peu hybride, presque inclassable. De ceux qui oscillent entre la réalité, le réalisme magique et qui vous font perdre vos repères.
On y suit deux hommes, barricadés dans un phare et tentant de faire front devant des  créatures « à la peau froide ».
Hum, non, gardez votre moue dubitative pour d’autres et tentez de me suivre jusqu’au bout.
Vous y êtes ?
Tout au long du roman, les assauts se succèdent, les actions, l’aventure quoi ! On ne s’ennuie pas tant le temps mort y est absent… Cependant, on se demande un peu ce qu’on fout là.
Pourtant, à bien y regarder, ce texte est bien plus qu’un roman d’aventure de divertissement qu’un auteur Espagnol aurait écrit pour le plaisir… Non, bien sûr, c’est bien plus que ça.
On le sait, on vous l’a déjà dit, la littérature aime jouer avec nos sentiments, nos craintes et nos peurs de petit humain.
Albert Sanchez Pinol ne s’en cache pas en nous offrant ce conte philosophique qui décrit la société et nos pires travers ! Il nous met face à notre condition humaine fragile en nous faisant lire des descriptions plus vraies que vraies qui ont traits aux angoisses et aux aléas dus aux situations les plus extrêmes des personnages. Jalousie, orgueil, amitié et amour sont tout autant de thèmes que l’auteur aborde avec délicatesses sans avoir l’air d’y toucher.
Et même si vous n’êtes pas un personnage de fiction, un marin, un prisonnier d’un phare hostile, ne vous inquiétez pas si vous vous reconnaissez aisément en lisant ce très beau livre.

La peau froide, Albert Sanchez Pinol, Actes Sud, 2004

2 réflexions sur “La peau froide d’Albert Sanchez Pinol

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s